Vers une plateforme majeure d'E-commerce transnationale -pertinence du marché (UAE/Arabie)

  • November 15, 2016

La diversification des économies du Golfe, dont nous avions abordé les enjeux à Bahrain, voit un nouveau développement avec la perspective de lancement d'une plateforme majeure d'E-commerce bénéficiant d'un financement initial de 1Md$ et impliquant Emirats Arabes Unis et Arabie Saoudite.

Annoncée par le président du groupe Emaar Properties, Mohamad Alabbar, elle se distingue ainsi par un investissement  saoudo-emirien, où la partie saoudienne est représentée par le Fond Public d'Investissement ; elle a, par ailleurs, un caractère transnational, même si elle devrait en un premier temps se concentrer sur le marché saoudien.

Outre un processus général de numérisation des services très dynamique dans les pays du Golfe, notamment les Emirats Arabes Unis, il convient de relever des pratiques sociales dont l'impact commercial et économique est patent sur cette forme de commercialisation :

premièrement,
l'e-commerce connaît localement un engouement qui va de pair avec l’ancrage dans les mœurs, fort, rapide et généralisé, des vecteurs en ligne et réseaux sociaux, qu’il s’agisse d'un usage professionnel ou personnel. Ils sont devenus pour les usagers la pratique par défaut, bien au-delà de ce que peut connaître la France ou même le Luxembourg (incidemment, ne pas disposer d’un accès à whatsApp revient aujourd’hui à passer pour un original ou un résistant de la dernière heure et à se compliquer la vie, tant l'usage en est localement répandu) ;

deuxièmement,
des sites généralistes de vente en ligne existent, tel souq.com qui rencontre déjà un beau succès public, aux côtés de sites sectoriels. C’est bien sûr le cas dans l’immobilier, mais également dans la restauration. A cet égard, le « home delivery » doit, là-encore, être rattaché aux modes de vie et habitudes sociales acquises. Commander en ligne peut ainsi être vu comme la version contemporaine et connectée de ce que fut, et demeure partiellement, l’attente en voiture devant les restaurants pour se voir livrer à la portière un prêt-à-emporter.

Ainsi, le marché de la vente en ligne dans les pays du Golfe est porteur et dynamique non seulement du fait de l’existence d’un large pool de clients potentiels, mais de l’inscription de cette pratique d’achat dans les usages technologiques courants d’une part, dans les modes de vie des communautés nationales et expatriées d’autre part.

En conclusion,
on soulignera que la particularité de cette annonce par le président de Emaar tient à ceci :

  • niveau conséquent de l’investissement de départ (1md$)
  • caractère transnational du projet, qu’il s’agisse de l’origine des fonds ou de l’usage qui en sera fait, impliquant Emirats Arabes Unis et Arabie saoudite
  • source des investissements, respectivement privée (Emirats) et publique (Arabie).
  • last but not least, les marchés domestiques saoudiens et émiriens réunis forment à eux deux les "poids-lourds" de la région : au regard du nombre de consommateurs potentiels concernés (Arabie Saoudite) et du dynamisme commercial multiculturel porté notamment par une communauté expatriée active (Emirats).

A suivre donc,
et en termes de rythme de mise en oeuve des projets, l’on rappellera que cette perspective de plateforme avait été évoquée par le même président de Emaar durant le mois de ramadhan dernier (juin-juillet 2016), à l’occasion d’une conférence intitulée “Digitisation: where do we stand?”, dans le cadre d’une série organisée par le Majlis de Cheikh Mohamed Bin Zayed, Prince héritier d’Abou Dabi. La suite ne saurait tarder et devrait engager les entreprises à s’intéresser derechef aux opportunités techniques et commerciales régionales et aux partenariats entrepreneuriaux susceptibles de rendre viables leurs initiatives de développement de leur offre en direction des pays du Golfe.